Une opération de rénovation urbaine transforme la rive droite de Bordeaux

Publié le par Infos Bordeaux

Rive-droite-Bordeaux.jpegLe grand projet de ville lancé il y a près de dix ans et pour lequel 630 millions d'euros ont été investis a permis de dynamiser les quartiers défavorisés de la rive droite de l'agglomération.


« La rive droite de Bordeaux, c'était l'endroit où l'on mettait ce dont on ne voulait pas ailleurs. C'est maintenant une zone mystérieuse avec une question : que va-t-on en faire ? », explique Etienne Parin, le directeur du groupement d'intérêt public qui porte le grand projet de ville (GPV). En neuf ans, cette opération qui associe Bassens, Lormont, Cenon et Floirac a réussi à dynamiser cette partie populaire de l'agglomération réunissant 60.000 habitants (10 % de la Communauté urbaine de Bordeaux) et qui souffrait d'un taux de chômage de 23 % en 1999.

 

Le projet de rénovation urbaine, le plus important jamais mené en Aquitaine, a mobilisé 630 millions d'euros, dont un quart en provenance de l'Etat (via l'Agence nationale pour la rénovation urbaine), un quart des collectivités locales et le reste des fonds européens et des bailleurs sociaux. A la clef, cinq opérations de renouvellement urbain, trois zones d'aménagement concerté et près de 6.300 logements construits pour 2.800 démolis. Le projet, qui n'aurait pas eu ce succès sans le tramway, qui a relié les deux rives de la Garonne à partir de 2005, compte sur trois grands équipements emblématiques pour rétablir l'offre culturelle d'une rive droite notablement défavorisée. D'abord le Rocher Palmer, complexe de deux salles de spectacles qui a été inauguré en septembre dernier à Cenon. Ensuite l'Arena, une salle de spectacles de 15.000 places, dont les travaux devraient démarrer à Floirac avant l'été. Enfin, d'ici à deux ans, les Cascades de Garonne, un grand centre thermoludique et un complexe d'affaires, qui seront construites sur les hauteurs de Lormont.

 

Pourtant, tout n'a pas été réussi. Même si, dans le sillage de la zone franche, quelque 3.000 entreprises se sont installées avec la création de 10.000 emplois, le taux de chômage, environ 16 ou 17 %, reste 5 points au-dessus de celui de la CUB. Les perspectives sont désormais très importantes le long de la Garonne avec un espace foncier disponible de 300 hectares, notamment des friches industrielles, offrant un potentiel de 20.000 logements. Baptisé « Plaine rive droite », ce terrain s'étend sur les 4 communes du GPV, mais aussi sur le quartier Bastide de Bordeaux. Des entreprises ont déjà pris conscience du potentiel de la zone. Avant même le lancement de l'énorme projet de rénovation urbaine Euratlantique qui, depuis le quartier de la gare Saint-Jean, va englober Floirac, le groupe de BTP Fayat avait déjà projeté d'y construire son futur siège social. La société Evolution, qui porte le projet Darwin, va rénover 10.000 m 2 dans les anciens Magasins Généraux Nord de la caserne Niel pour y développer des activités éco-créatives. Sans parler du dynamique chantier naval CNB, également dans le périmètre.

 

«  Lorsque l'on parle d'agglomération millionnaire, c'est notamment ici que cela se passe », insiste Etienne Parin. Les quatre maires (PS) et Alain Juppé devraient ainsi se retrouver, dès la semaine prochaine, pour définir les grands objectifs et établir un programme d'ici l'été.

 

Source : Les Echos

Publié dans Actualité

Commenter cet article

Jacques Rouaux 21/05/2011 16:03


Bonjour,
C'est avec plaisir que je retrouve une de nos vues aériennes sur votre Blog. Le lien vers la source demandé dans nos conditions d'utilisation n'est toutefois pas présent ... c'est sans doute une
erreur et nous vous demandons de la corriger dès que posible. www.vues-aeriennes-bordeaux.fr
Merci
Jacques Rouaux