Violences avec arme : La justice laisse la racaille libre !

Publié le par Infos Bordeaux

Caudéran, bar Le Eight-copie-1Trois délinquants majeurs ont été présentés au parquet de Bordeaux suite à une violente altercation samedi matin au sortir d’un bar, le Eight (photo), avenue du Maréchal De Lattre de Tassigny à Caudéran. Et surprise, ils sont ressortis libre, malgré des faits imputés très graves !

 

Ces trois personnes âgées de 19 à 30 ans devaient être jugées pour des menaces et des violences avec arme. Ils ont obtenus un délai pour préparer leur défense.

 

Vendredi soir un groupe de jeunes gens jouent tranquillement au billard, lorsqu’une racaille est entrée dans le bar, faisant des avances très poussées à une jeune fille du groupe. Le ton monte rapidement et le jeune indésirable est blessé au nez. Mais celui-ci revient avec des amis quelques instants plus tard et fonce en voiture sur le groupe qui l'a éconduit, blessant un des jeunes présents. Il s'en prend ensuite à la jeune fille qu'il avait approchée lui portant un coup de couteau au visage (qui nécessitera onze points de suture et cinq jours d'interruption totale de travail). Enfin, en fuyant dans leur véhicule, un des passagers tire plusieurs coups de feu en direction des jeunes.

 

Joint par Infos Bordeaux, des riverains laissent éclater leur colère devant la décision des juges. Ainsi, un commerçant dénonce le laxisme de la justice «  les juges ont peur des malfrats et leur trouvent toujours des excuses. Si c’étaient ces jeunes de cité qui avaient été agressés et blessés, les mêmes juges auraient surement fait preuve d’une plus grande sévérité ».

Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Zuriv 04/12/2011 15:43

Il est bon de noter que les jeunes seront jugés, et qu'ils sont simplement en liberté surveillée...

Violoncelle 26/01/2011 11:21


«...psycho-gaucho-humanistes qui fabriquent les lâches. Toujours subir jamais réagir. (Castel)

Humanistes ? Leur inconfort idéologique se traduit par du toc, un faux humanisme qui, paradoxalement, autorise de l’agressivité envers celui qui ne pense pas comme eux, qui est différent. Envers
celui qui n’est pas conforme au modèle normatif. Discrimination caractérisée de la part de gens se proclamant ouverts à la diversité. Leur humanisme, du toc.

«Je voudrais simplement rappeler ici que les juges ne font qu'appliquer les termes de la loi» (Celtibère)

Sauf qu’ils ont une marge d’appréciation considérable. Car s’ils ne faisaient qu’appliquer, on pourrait créer un logiciel et l’ordinateur sortirait la sentence. On supprimerait toute la
magistrature, ce qui serait salutaire pour le budget.


Celtibère 26/01/2011 08:46


Je voudrais simplement rappeler ici que les juges ne font qu'appliquer les termes de la loi. Si ces termes sont trop laxistes il faut se retourner vers le législateur qui a fait cette loi,
c'est-à-dire ceux et celles pour qui vous votez depuis trente ans et plus. Alors prenez vos responsabilités si vous voulez que cela change.


Esprit libre 25/01/2011 20:15


Cela devient d'une banalité effrayante : le climat d'impunité est tel qu'il les encourage à aller toujours plus loin tandis que leurs victimes inclinent la tête dans un climat général de
repentance.


castel 25/01/2011 18:09


ELB
Ce qui peut faire penser que vous estimez être les seuls à avoir le droit de faire votre propre justice.
°°°°°°°°°°°°°°°°
Encore une dérive sémantique et des spéculations imaginaires.
Personne n'a parlé de vendetta ou de vengeance ou d'expédition punitive, vous pensez comme un délinquant.

Les termes employés sont auto défense et légitime défense en conformité avec la loi.

Ne partez pas dans vos délires psycho-gaucho-humanistes qui fabriquent les lâches.Toujours subir jamais réagir.