Projet de mémorial de l’esclavage : Karfa Diallo jette l’éponge

Publié le par Infos Bordeaux

Karfa-Diallo.jpgDans une interview accordée au journal Sud Ouest, Karfa Diallo annonce la fin de l’association bordelaise Diverscités. Le but de celle-ci était de lutter contre « l’oubli de la traite des noirs et de l’esclavage ».

 

C’est ainsi que l’ancien candidat aux élections municipales en 2001 (4%) s’était spécialisé dans la repentance, allant jusqu’à offrir ses services à Barack Obama au poste de « Conseiller en Europe pour l’esclavage et les réparations » ! En août 2009, il lance une campagne médiatique demandant de « débaptiser les rues portant des noms de négriers », campagne qui connaîtra un échec retentissant.


Celui-ci reconnait d’ailleurs dans cette interview l’échec des causes qu’il a voulu défendre : « la création à Bordeaux d'un véritable Mémorial dédié à l'histoire de l'esclavage ne verra sans doute jamais le jour ». Il explique que son combat était épuisant et qu’il se « sentait seul », et conclut qu’il n’a pour l’instant pas d’ambitions politique étant « dans une démarche intérieure, personnelle ».

 

Peut-être pour passer plus de temps autour de l’une de ses passions : Le culte Vaudou ? (comme le montre la photo avec son Excellence Guedehoungue II).

 

Karfa-Diallo-copie-1.jpg

Publié dans Politique

Commenter cet article

Nathalie 11/10/2010 18:24


e pense qu'un certain nombre de groupes veulent tirer la couverture à l'aide d'une stratégie victimaire et en cherchant à focaliser exclusivement l'attention sur eux et en cherchant à représenter à
eux tout seuls le paradigme même de la vi...ctime de violences, de génocide, etc...
En creusant l'histoire avec honnêteté, on peut dire que bourreaux et victimes sont de tous les bords, de tous les camp, de toutes les ethnies, de toutes les cultures et de toutes les couleurs, et
de tous les temps.

Ce tirage de couverture n'est pas innocent : ce ne sont pas les victimes directes biens souvent qui se plaignent, ce qui ne seraient que justice, mais d'autres pour obtenir des réparations, si
possible en monnaie sonnante et trébuchante.

La France, vache à lait, est assez gogo pour cela : il suffit de dérouler devant son nez l'oignon de la culpabilité, et hop, les milliards tombent comme par magie, mais sortent de nos poches, à
nous, qui pour la plupart n'avons rien fait, pour des gens qui n'ont rien à voir et qui ne sont pas concernés par les faits reprochés.

Avez-vous réduit quelqu'un en esclavage ? Moi, non jamais.

Allez comprendre....