Pour Michèle Delaunay, les bleus sont une équipe de « Bananas » !

Publié le par Infos Bordeaux

Michele-Delaunay.JPG

Pour le député socialiste de Bordeaux, l’équipe de France de football est une équipe de « Bananas ». En effet, quelques minutes avant le début du match entre les bleus et les joueurs sud-africains, Michèle Delaunay écrit sur son blog un article titré : « Bananas contre Bafanas ». Cet article n’a pas tardé à susciter de nombreuses réactions comme Jérémy « dans la série des clichés faciles, on a vu mieux » ou Louis « Je trouve dans ce titre comme un relent de néo-colonialisme ». En réponse à ces commentaires, celle qui a battu Alain Juppé aux dernières législatives se défend : « La composition ethnique de l'équipe de France (dont je ne sais rien, soit dit au passage) n'est en aucun cas en jeu ».

Publié dans Politique

Commenter cet article

michele delaunay 24/06/2010 10:55


Il serait loyal de donner l'explication au nom de "bananas-bananas" : l'équipe de football s'est malheureusement révélée à l'exemple de notre "banana republic : trop riches et incapables d'un jeu
collectif.


Gérard Eloi 23/06/2010 10:25


Pour comprendre précisément à quoi " Banana" fait allusion, il faut voir ce bref billet en entier, avec ses commentaires :

http://www.michele-delaunay.net/delaunay/index.php?post/2010/06/22/Bananas-contre-Bafanas#comments

Et pour connaître l'éthymologie du vocable " Banana" sur le blog de Michèle Delaunay, il faut également avoir lu le billet " Banana republic", du 20 juin :

http://www.michele-delaunay.net/delaunay/index.php?post/2010/06/20/Banana-republic#comments

C'est vrai que Michèle Delaunay écrivant plus vite que son ombre, certains commentateurs sur son blog ( Louis,...) ratent des épisodes, sont complètement largués et puis "pédalent dans la
choucroute".

( NB : cette métaphore n'est pas du racisme anti-alsacien, mais une allusion au prochain Tour de France où il y aura vraisemblablement des...surprises.)


cassandre 23/06/2010 08:31


Il faut vraiment un esprit extrêmement malveillant pour insinuer que Michèle Delaunay serait "raciste", "néocolonialiste" et que sais-je encore. Mais la campagne de Juppé pour détruire l'infâme bat
déjà son plein et ses soutiens, traditionalistes ou autres, se mobilisent. Heureusement leur intox ne résiste pas aux faits et sur le terrain les "Bordelaises et les Bordelais" savent mieux qui
elle est et ce qu'elle fait.