Niger : Alain Juppé vivement critiqué par les amis d’une victime

Publié le par Infos Bordeaux

Antoine-de-Leocour.jpg

Les amis d'Antoine de Léocour (photo), otage français enlevé avec son ami Vincent Delory au Niger et tué samedi lors d'une opération des forces spéciales françaises pour les libérer, viennent d'adresser une lettre ouverte au ministre de la Défense. Ils y expriment leur indignation et demandent au ministre de stopper « toute récupération politique de cet assassinat sordide ».  


Dans ce courrier adressé au maire de Bordeaux, les amis de Master 2 d’Antoine de Léocour précisent que « Réduire l'analyse de ce drame à un discours sécuritaire ne fait qu’alimenter grossièrement la presse à sensations » rajoutant « nous croyons comprendre que la France, patrie des Droits de l’Homme, sacrifie ses ressortissants sur l’autel d’orientations stratégiques occultes. Vous avez effectivement pris le parti de vous mettre à l’abri de tous moyens de pression en excluant l’option des négociations ».

 

Cette lettre est conclue par une demande de démission « prenez véritablement vos responsabilités en démissionnant ».

Publié dans Actualité

Commenter cet article

crepeau 23/01/2011 22:32


apres coups c'est n'importe quoi : la douleur que je comprends bien ne justifie pas quand meme la haine


allié nord 18/01/2011 07:12


Jean_de_T, le 11/01/2011 à 16:41, dit :

"Deux Français se font tuer au Niger, un sous-officier français se fait tuer en Afghanistan.
Que font les médias?
Face à ces trois destins cruels, ils relèguent au second plan de leurs préoccupations la mort en service du militaire

français, pour commenter à souhait la fin tragique de deux hommes qui avaient fait le choix de se rendre au Niger pour des

raisons qui leur étaient propres.
Et en cela réside la différence avec le 53° militaire tué au combat. Ce militaire s'est rendu en Afghanistan sur ordre de

la France ou plus exactement sur ordre des représentants politiques des Français. Cette obéissance aux décisions de la

Nation mériterait de ne pas passer au second plan. Ce sous-officier tué au combat mérite donc notre compassion. La France

doit se sentir responsable de ce qui lui est arrivé.
Les médias feraient bien de souligner la grandeur du sacrifice consenti et du métier des armes, la noblesse de l'obéissance

aux décisions de la démocratie, le respect que se doit d'avoir la nation à l'égard de ses armées et de ses enfants qui

acceptent de servir, sans compter.
Mais le plus insupportable demeure l'indifférence, voire le mépris de certains faiseurs d'opinion, convaincus de détenir la

vérité."

Le Général (2S) ROUDEILLAC précise:

"J'ai posté le commentaire ci-dessus à 09h10 sur le blog du site du journal Le Figaro.
A 09h13 je recevais la mention de son rejet, au nom des dispositions de la charte d'éthique du journal.
Je crois que cet incident mériterait d'être porté à la connaissance du plus grand nombre.
Malheur à celui qui montre du doigt la partialité des médias !"


source : http://www.armees.com/forums/topic/96191-un-communique-du-general-roudeillac/


castel 15/01/2011 10:58


La mort de ces deux jeunes est désolante.
Mais ce drame doit servir de leçons à tous ces jeunes "chevaliers " de l'humanitaire africain et autres.
Ces peuples nous haïssent et n'ont d'intérêts que pour nos biens matériels ou ce que nous pouvons leurs donner. C'est tout.
Que tout ces jeunes aux motivations charitables commencent par s'investir dans leur propres pays.
Il y a des personnes âgées en difficultés dans chaque ville Françaises, des SDF qui meurent de froid, des familles rurales en grande difficulté etc etc.
Il y a de quoi faire en France avant de chercher des aventures exotiques à des milliers de Kilomètres.

Quand à l'intervention de l'armée elle est normale et justifiée, les ONG ne doivent pas servir de monnaie à la propagation du terrorisme et du racisme anti blanc.


Celtibère 15/01/2011 08:27


On remarquera qu'il n'y a pas un mot sur la responsabilité de ces deux jeunes qui sont pourtant allés au-devant de leur destin en séjournant dans un pays clairement identifié comme étant peu sûr.
On retrouve là la dialectique chère à notre gauche bien-pensante, en gros c'est toujours la faute des autres, et surtout si ce sont de méchants capitalistes. Affligeant!