Les fonctionnaires du Conseil Régional travaillent 35h….par mois !

Publié le par Infos Bordeaux

 

absolument débordée« Embauchée après huit ans d’études supérieures dans une mairie de province, Zoé Shepard  a vite déchanté. Plongée dans un univers où incompétence rime avec flagornerie, ses journées sont rythmées par des réunions où aucune décision n’est jamais prise, de rapports qu’elle doit rédiger en dix jours (quand deux heures suffisent), de pots de bienvenue, de départ, d’anniversaire.

Sans oublier les séminaires « de formation », les heures à potiner à la cantine et à la machine à café, les chefs « débordés » par les jeux en ligne et les préoccupantes interrogations de tous sur les destinations de vacances et autres RTT…

Chargée de mission dans un service fourre-tout, truqueuse patentée de notes administratives, G.O. pour délégations étrangères et hocheuse de tête en réunions, Zoé Shepard raconte avec un humour mordant ses tribulations de fonctionnaire désespérée dans un univers bien pire que tout ce que vous pouviez imaginer »

 

Voici la présentation d’une livre qui sort chez Albin Michel et qui risque de faire couler beaucoup d’encre à Bordeaux ! Une haut fonctionnaire du conseil régional d'Aquitaine, auteure d'un ouvrage intitulé "Absolument débordée!" et barré d'un bandeau "Comment faire 35 heures en... un mois", est convoquée jeudi devant le conseil de discipline, a-t-on appris mardi auprès de l'institution.

L'auteure, qui signe du pseudonyme de Zoé Shepard et occupe un poste important au service des relations internationales du conseil régional d'Aquitaine, encourt une sanction qui va de "du blâme à la révocation de la fonction publique territoriale" pour "manquement à l'obligation de réserve". Le conseil régional d'Aquitaine, présidé par le socialiste Alain Rousset, estime que "de nombreux indices" permettent de l'identifier, bien que l'institution ne soit pas nommée. Le conseil de discipline doit rendre un avis jeudi, la sanction sera ensuite de "la responsabilité de la hiérarchie de la fonctionnaire", a précisé le conseil régional.

 

Commenter cet article

françois 09/07/2010 11:57


Dans la fonction publique il y en a qui travaille normalement et d'autres beaucoup moins.

La différence entre le privé et le publique c'est que dans le privé on peut mettre les paresseux dehors dans le publique c'est impossible.

Dans le publique si vous mettez la pression sur les fainéants aussitôt la réaction est instantanée, arrêts maladies , absences répétées, hyper lenteur dans le travail, grèves et etc

Si vous même osez faire des remarques sur vos collègues paresseux , alors là c'est la fin. Blocage de la progression professionnel, harcèlement des cadres et employés, sabotage de votre
travail,plus surcharge de travail, isolation et poussage à la démission ou la dépression.

Cette femme est une victime traditionnelle de la fonction publique en général.Ce n'est pas une exception


Analyse 08/07/2010 19:32


Merci pour votre titre qui englobe de fait tous les fonctionnaires, des Conseils régionaaux, ou d'ailleurs !
Je suis passée du privé au public en contrat, puis titulaire... et je n'ai pas vu la différence, je fais toujours bien plus de la durée légale du travail. A cette heure je vous écrit d'ailleurs du
bureau avant de partir.
Mais ceci n'est pas le plus pertinent, ce qui compte c'est la motivation et la conscience professionnelle de chacun, et surtout la capacité des responsables à encadrer et motiver leur équipe et
surtout à ne pas cautionner ce laisser-aller.
Pour être constructifs, une idée : pour des administrations qui ont moins de contact que les autres avec le public, pourquoi ne pas créer des occasions de faire se rencontrer le personnel (tous
niveaux confondus) avec des personnes qui ont pu bénéficier de l'aide de la collectivité. Ceci ancrerait l'action des agents dans la réalité et donnerait un sens et une motivation à leur
travail.
Autre idée : ne pourrait-on pas ouvrir un site de débats et d'idées sur les possibilités d'amélioration du fonctionnement des administrations, en termes de relations humaines plutôt que de gestion
budgétaire.
Le débat lancé par la sortie de ce livre n'a pas été pour l'instant constructif. Il est encore temps d'y parer.


paulo 02/07/2010 19:48


virée pour avoir dit la vérité...


Nathalie 29/06/2010 17:19


Ça doit faire plaisir aux socialistes du coin un tel pamphlet