Les élus de gauche prennent la défense des gens du voyage

Publié le par Infos Bordeaux

click to zoomPlusieurs conseillers municipaux de gauche ont dénoncé lundi la "stigmatisation" des gens du voyage, alors que le dialogue entre le maire UMP de la ville, Alain Juppé, et des gens du voyage demandant une aire de stationnement "décente" se trouvait dans une impasse.


Pour Michèle Delaunay, député socialiste de Gironde, et Emmanuelle Ajon, conseiller municipal socialiste, les événements survenus à Bordeaux "aggravent de manière très regrettable la confusion et la stigmatisation initiées à Grenoble par le discours du Président Sarközy".


Pourtant, ce sont bien les gens du voyage qui ont refusé les propositions du maire de Bordeaux, notamment l’accueil sur un terrain de deux hectares. "On est toujours bloqués, on est des gens ouverts mais on veut trouver quelque chose de décent. Il existe des choses mais ils ne veulent pas nous les donner" a confirmé le président de l'association de La vie du voyage (LVDV), James Dubois.


click to zoomQuant au communiste, Vincent Maurin (photo), « les femmes et hommes que j'ai rencontrés se sentent particulièrement humiliés… Etait-il donc si inconvenant ou absurde de négocier une nouvelle occupation temporaire du site des antennes sportives ». Pour l’élu d’extrême gauche, le maire de Bordeaux devrait donc plier sous la pression violente des gens du voyage, alors qu’il reconnaît que « l'occupation (illégale) de l'an passé avait occasionné des dégradations représentant un coût pour la Ville ».

Publié dans Actualité

Commenter cet article