Le député Martine Faure favorable à la construction de mosquées par les collectivités territoriales

Publié le par Infos Bordeaux

Martine-Faure.jpgMartine Faure (photo) a été élue en 2007 député socialiste de la 9ème circonscription de Gironde. Dans un article publié ce matin sur son blog, et intitulé « Il y a 105 ans... », celle qui est également vice-présidente du Conseil Général de la Gironde donne sa vision de la loi de 1905 qui « s’est révélée garante du pacte républicain et de notre vivre ensemble ».


De cette « exception française », découlerait « la primauté des lois et des principes de la République qui, nonobstant le respect de la liberté de culte, exclut – entre autres – toute rupture de l’égalité homme-femme, toute remise en cause d’une éducation nationale et l’édiction de programmes communs d’enseignement, ou encore, toute prise en compte de quelque dogme que ce soit, s’agissant des questions de santé ou de bioéthique ».


Concernant la construction de lieux de culte pour les musulmans, la position du député socialiste est claire : « possibilité avérée pour les collectivités territoriales qui le souhaitent de permettre la construction de mosquées dans les limites rigoureuses fixées par la loi de 1905 ».  L’article 2 de cette même loi rappelle pourtant que « La République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte. En conséquence, à partir du 1er janvier qui suivra la promulgation de la présente loi, seront supprimées des budgets de l'État, des départements et des communes, toutes dépenses relatives à l'exercice des cultes ».

Publié dans Politique

Commenter cet article

Celtibère 22/12/2010 12:40


Venant d'une socialiste, autrefois enseignante, ces propos sont vraiment affligeants. Il faut que notre société et ses élites soient tombées bien bas pour remettre en cause la laïcité au bénéfice
d'une seule religion, la plus arriérée et la plus obscurantiste de toutes au demeurant.Ces postures de complaisance m'exaspère de plus en plus. Vivement 2012!


castel 22/12/2010 11:24


On peut toujours détourner le sens des lois pour confirmer des intérêts ciblés.
Mais le dernier mot appartient au conseil constitutionnel et non point à un député socialiste favorable à l'islamisation du pays.
Un référendum serait plus adéquate sur le sujet, car c'est le peuple qui vit au quotidien la nuisance de l'islam.
Que les députés aillent dans ce sens et qu'ils arrêtent de se prendre pour le nouveau clergé de l'époque prés 1905.


esprit libre 21/12/2010 17:53


C'est une forme de schizophrénie courante dans la classe politique au pouvoir en France. Car, il lui faudra bien, un jour, choisir entre flatter l'Islam et promouvoir une vision libertaire et
laïciste de la société. Et si cette femme et ses semblables ne choisissent pas, l'Islam les forcera à choisir : je l'invite à écouter les prêches des mosquées. Tout Musulman a en horreur l'athéisme
et le refus de tout code moral et il apprend ceci à la mosquée :
« Combattez ceux qui ne croient pas en Dieu ni au jour dernier, qui ne considèrent pas comme illicite ce que Dieu et son prophète ont déclaré illicite, ainsi que ceux qui parmi les gens des
Ecritures ne pratiquent pas la religion de la vérité, jusqu’à ce qu’ils paient, humiliés, et de leurs propres mains, le tribut. » (Sourate IX, 29).