La révolte gronde chez les viticulteurs bordelais

Publié le par Infos Bordeaux

Viticulture.jpgLe monde des viticulteurs bordelais est en ébullition. En effet, les producteurs dénoncent depuis longtemps la baisse dramatique des cours et l’inaction des pouvoirs publics. Ceux-ci ont récemment interpellé le ministre à propos de la dégradation du prix des bordeaux rouges en vrac imposés par le négoce. Cette fois, c’est la menace d’action violente qui est agitée.

Dans une lettre envoyée à tous les courtiers et négociants de la Place de Bordeaux, un viticulteur (qui a souhaité rester anonyme) lance un ultimatum et menace de perturber la prochaine fête du vin qui aura lieu fin juin : « Le peuple qui façonne le beau paysage girondin et donne satisfaction aux consommateurs et touristes par la qualité croissante du fruit de son travail ne mérite pas une telle souffrance. Ceux qui ont gardé encore un peu d'espoir et de force n'auront d'autre choix que de mener des actions de révolte ». Le courrier précise même : « si par malheur des transactions sont enregistrées au CIVB en dessous de 850€ par tonneau, des actions seront menés durant la prochaine fête du vin ».
 
Contrairement au Languedoc, Bordeaux ne connaît pas (pour l’instant ?) d’actions violentes menées par des viticulteurs en désespoir qui luttent au jour le jour pour survivre dans l’oubli de la classe politique et le désintéressement d’une grande partie des médias.

Publié dans Actualité

Commenter cet article

viticulteur en colère. 16/06/2010 11:04


Il me semblait que le C.I.V.B. n'avait autorisé que des contrats de ventes pas en dessous de 1000€.
Je suis viticulteur, propriétaire d'un petit domaine, le négoce m'achète mon bordeaux vrac à 1€, étant endetté, je n'ai aucune autre alternative, nous sommes en train de sombrer. Le but est de
faire disparaître les petits producteurs, étouffés par la grande distribution, et ses nombreuses foires aux vins. Chez nous nous travaillons tout à la main, croyez vous que nous sommes récompensés
pour des heures de travail passées ? Un Bordeaux sup à 5€ entièrement artisanal, c'est trop onéreux !