Etienne Bousquet-Cassagne : "Le jeune candidat qui bouleverse les repères"

Publié le par Infos Bordeaux

Etienne-Bousquet.JPG10h35, Gare Saint-Jean, Bordeaux. Le Ter sur le quai n°9 est prêt à partir. Direction ? Tonneins. En voiture 15, avec son blouson de cuir bien cintré, Etienne Bousquet-Cassagne n’a rien de ces jeunes enfermés dans leur cockpit. Pas de casque solidement attaché sur les oreilles, il dévore la presse : le Point, l’Express avec sa couv’ « la face cachée de Marine »… et même Libé. « Il y a une excellente double page sur Marine Le Pen. Immersion dans les bistrots de la campagne de Reims ». Ni Minute, ni Rivarol, encore moins Présent, on a beau chercher la presse d’extrême-droite, le tout jeune candidat du FN pour le canton de Tonneins bouleverse tous les repères. Il n’a qu’un mot à la bouche, « sa pilote de Formule 1 », Marine Le Pen. En tant que patron du comité de soutien de Marine le Pen en Aquitaine, le tout jeune candidat ne veut « pas faire de la politique à moitié ». Et pour sa première candidature ? Les cantonales de Tonneins. Une candidature logique.

Prendre ses opposants de court. Son âge serait un défaut. Face à Mme Bize, candidate sortante et solidement attachée à la mairie de Clairac et à Mr Moga, qui trône dans le siège de maire de Tonneins depuis presque dix ans, Etienne a un plan. « Prêt à écouter toutes les bonnes volontés des gens du canton de Tonneins, trop souvent écartés des décisions et des hommes politiques, il faut révolutionner le canton de Tonneins ». Révolution, le mot est lâché. « Etienne Bousquet-Cassagne, le grand changement », pourquoi pas son slogan pour entamer la campagne. Clairac, Fauillet, Lafitte-sur-Lot, Tonneins, Varès, cinq bastions à gagner, 14 000 électeurs à convaincre. Dans son sac à dos, la peste de Camus mais c’est surtout avec Voltaire qu’il trouve son plus fidèle soutien: « Je ne suis pas d’accord avec vous mais je me battrai pour que vous ayez le droit de vous exprimer ». Il n’y a plus d’affaire Calas mais il y a encore des combats à mener : le droit de défendre ses idées, de les faire triompher. Pas simple quand on a 21 ans de porter fièrement les convictions politiques du FN. 5 ans déjà qu’il « roule pour le Front ». 2005, voilà le déclic. Sur le thème de la non-ratification du traité de la Communauté Européenne, Etienne Bousquet-Cassagne acquit une conscience politique. Comment le définir ? « Un sympathisant du Front National, fasciné en 2007 par Jean-Marie Le Pen, qui décide de s’engager à fond». La suite ? En 2009, il est propulsé président du FNJ en Aquitaine et ce sont les régionales, à peine achevées il y a neuf mois, qui l’amènent aujourd’hui à être un candidat logique. « Un exemple de planning pendant les régionales ? Dans l’équipe de campagne de Colombier, je collais le mercredi avec 1 ou 2 jeunes du FNJ toute la nuit dans le Médoc, j’organisais une réunion à Pessac le vendredi soir, et dimanche, je tractais sur le marché de Libourne ». Vivre à mille à l’heure, se lever très tôt, se coucher très tard… le prix à payer pour donner un nouveau souffle à la politique et au FN. Les 20 et 27 mars prochain, son premier grand rendez-vous avec le canton des tonneinquais, un vrai défi. Et il entend « ni se rater, ni décevoir ».

Etienne Bousquet-Cassagne, « un parachuté » ? Autant jouer cartes sur tables, le jeune candidat évoque son passé : « Le collège Sainte-Catherine de Villeneuve sur Lot, le Lycée Saint Caprais d’Agen, la fac de Bordeaux IV et aujourd’hui des études commerciales ». Etre mobile, c’est le lot de tous les étudiants…à ceci près que son identité, ce qui le prend aux tripes, c’est le Lot-et-Garonne. « Tonneins, Laffite, Villeneuve, Agen, Marmande, c’est mon pays ! » Un enfant du Lot-et-Garonne qui entend bien, s’il est choisi, « être élu à temps plein. Rester là, m’implanter dans ce canton. Même en cas de défaite, je reste coûte que coûte ». L’intérêt de ce canton ? C’est un carrefour qui fait vivre plusieurs racines : « Le Tolzac du côté de Fauillet et de Varès. Quelques kms vers Clairac et l’on sent l’air du pays de la Vallée du Lot ». Et Tonneins ? En plein centre-ville de Tonneins, il montre du doigt une vieille bâtisse : « l’ancienne manufacture de tabac, la Seita, il faut à tout prix lui trouver une nouvelle dynamique ». S’il n’y avait que cela ! « Tonneins est une ville enclavée entre Agen et Marmande, voire entre Toulouse et Bordeaux. Tonneins concentre toutes les problématiques du Lot-et-Garonne : c’est une vitrine de ce qui ne va pas dans le département. Il faut redonner l’envie de rester, rendre ce canton économiquement viable. Il ne faut plus voir tous ces jeunes qui partent ailleurs. Changer Tonneins, c’est réaménager les quais de la Garonne après l’éboulement, réagir à la fermeture du camping municipal, dénoncer la fin de la gendarmerie de Clairac, redonner vie au centre ville dont les commerces ferment les uns après les autres ».

Son tout premier geste s’il est élu ? « Un audit sur les finances publiques du département, et sur le social. Doit-on faire des économies ? A combien le département est endetté ? Bref il faut une transparence de nos dépenses ». Une transparence qu’il veut étendre à la pratique de sa politique : « En plus de mon téléphone et de mon email accessibles à tous, je voudrai mettre en place, pour chaque projet, des ateliers de concertations avec les habitants. Et surtout, contrairement à mes prédécesseurs, et à mes adversaires, je veux rendre publique chaque euro dépensé par le contribuable pour notre canton ». Justement, en parlant de transparence et de sincérité, il a un coup de gueule à exprimer : « On ne peut pas revenir sur le passé mais Fauillet ne voulait pas être rattaché à la Communauté de Communes Val de Garonne. Il faut arrêter d’exclure les lot-et-garonnais des décisions administratives et politiques. J’en ai marre de ces transferts au maximum des compétences entre l’Etat et les départements »

Etienne, dessine-moi…un programme politique. Pour sa profession de foi, Etienne évoque « un vrai programme de société : il faut changer l’image de Tonneins, renforcer le dynamisme du marché en soutenant le commerce de proximité, il faut aussi aider les entreprises qui s’installent, proposer de nouvelles activités aux séniors et distribuer les aides sociales aux Français et aux ressortissants de l’UE en priorité ». Bien loin d’être essoufflé, le candidat n’a pas de temps à perdre s’il veut convaincre. Contre les associations qui défendent le communautarisme, il répète n’avoir qu’un seul mot d’ordre : l’intérêt général. Et il ne manque pas de réagir à l’actualité : dans le débat de fond des retraites en France, ses 21 ans ne lui empêchent pas d’avoir une idée en tête. « Il faut un engagement fort. Je propose au niveau départemental un fond spécial retraités en difficultés. L’idée ? Un complément de revenus pour les petites retraites ». Et s’il y a un monde qui concentre toute l’énergie d’Etienne Bousquet-Cassagne, c’est « le monde agricole, car c’est mon identité, l’identité lot-et-garonnaise ! » 65 exploitations agricoles, le Lycée agricole Fazanis, la polyculture, la culture du prunier, des atouts à faire vivre. Mais d’ailleurs, Bousquet-Cassagne, le nom fait "tilt" dans le coin. Premier vice-président de la Chambre d’Agriculture, un siège à la Mutualité Sociale Agricole, engagé dans l’association des Agriculteurs en difficulté, et syndicaliste à la Coordination Rurale, son père, Serge Bousquet-Cassagne, incarne le trait d’union de la politique avec la famille des agriculteurs, avec les difficultés que l’on rencontre quand on fait partie du monde agricole. Et là encore, le jeune candidat a une batterie de propositions nouvelles : « Favoriser le localisme, développer la vente directe, limiter les importations et rendre l’agriculture compétitive». Et pour chaque problématique, chaque corps de métiers, des tas de projets en tête.

A quoi vous pensez le matin quand vous vous rasez ? « Je voudrais faire aussi bien qu’en 1998, aussi bien qu’Eddy Marsan». Retour dans les archives, le FN franchissait le second tour des cantonales avec un score historique : 38,05%. Eddy Marsan avait explosé sa campagne. Alors pour Etienne, sa botte secrète, c’est son âge, son enthousiasme, sa fougue, cette envie de bien faire. Et justement, « 2011 sont les dernières élections défouloirs ! Bientôt, les cantonales n’existeront plus, le conseiller territorial aura une double casquette. Ce sera la fin de la proximité des élus avec les problématiques de leur canton et avec leurs électeurs». Le message du candidat du Front National est clair: « Pour 201l, il faut envoyer un signal fort. Je veux incarner le grand changement pour redonner vie à notre canton ».

 

Benoît Dumartin

Publié dans Politique

Commenter cet article

CANTEL Jean (Pt de la FD des Libres Penseurs 47) 11/05/2012 11:55

Beaupuy le 11 mai 2012

Lettre ouverte à Mesdames et Messieurs les candidats aux élections législatives 2012

Principe : La Fédération Nationale de la Libre-Pensée à laquelle nous sommes affiliés, rappelle qu’elle n’est pas un parti politique et qu’à ce titre elle ne donne jamais de consigne de vote.
En revanche, ses membres souhaitent vivement être informés sur les orientations que les candidats aux élections législatives ont l’intention de développer. En conséquence nous demandons à tous les
candidats à ces élections de bien vouloir répondre aux sept questions mentionnées ci-dessous :
1° - Êtes-vous favorables à une proposition de loi visant à étendre la laïcité institutionnelle de l’École publique et de l’État sur tout le territoire de la République, c’est-à-dire, en
particulier à la suppression du statut clérical concordataire d’exception en Alsace-Moselle ? Ce ci pour le respect du principe « La République est une, indivisible et laïque »
2° - Êtes-vous favorables à l’abrogation de l’article L.511-2 du code de l’éducation, issu de la loi d’orientation du 10 juillet 1989, en tant qu’il reconnaît « un droit d’expression » aux élèves ?
Ce qui est la source de tous les problèmes de présence de signes religieux au sein des établissements publics scolaires.
3° - Êtes-vous pour l’abrogation de la loi Debré et de toutes les lois antilaïques qui contribuent à verser des milliards d’euros à l’enseignement privé essentiellement confessionnel (notamment
catholique) ? Êtes-vous pour le principe : « Fonds public à l’École publique, fonds privés à l’enseignement privé » ?
4° - Êtes-vous pour faire ajouter un 9ème à l’article L.2223-19 du code général des Collectivités territoriales obligeant les communes à mettre une salle à la disposition des familles qui
organisent des obsèques civiles dans le cadre du service extérieur des pompes funèbres ?
5° - Êtes-vous favorables à une modification profonde des lois sur la bioéthique (1994, 2004, 2011) pour que l’être humain soit véritablement propriétaire de son corps et qu’il n’y ait aucune
limite à la recherche scientifique ?
6° - Êtes-vous favorables à une proposition de loi sur le droit de mourir dans la dignité, notamment par une modification profonde de la loi Léonetti ?
7° - Êtes-vous pour une proclamation solennelle de l’Assemblée nationale et du Sénat de réhabilitation publique et collective des 600 fusillés pour l’exemple de la première guerre mondiale non
encore réhabilités ?
D’avance je vous en remercie et dans cette attente je vous adresse mes salutations républicaines et laïques
Le président : Jean Cantel

Adhérent FN 28/12/2010 13:40


@ Denis Lemoine:

Laissez-moi vous dire que je trouve votre comportement totalement puéril et déplacé, surtout venant d'un "cadre" du FN...
Ne pouviez-vous pas garder votre ressentiment et vos rancœurs d'aigris pour vous au lieu de vous donner en spectacle comme ça?


LEMOINE Deinis 27/12/2010 19:42


Actuellement toujours responsable (aux derniéres nouvelles depuis 9 mois) de la circonscription du Médoc depuis pratiquement 15 ans avec maintes candidatures ( cantonales, régionales,
législatives,sénatoriales ...) ou j'ai réalisé les meilleurs scores ainsi que JM Le PEN dans les différentes élections et pendant presque 8 ans 1° vice président national du cercle national "chasse
pêche nature et environnement" 5° sur la liste aux régionales, je remercie "INFO BORDEAUX" de m'apprendre que des "FNJ" collent et tractent en Médoc. Pourriez-vous m'informer en me communiquant le
nom du nouveau candidat en Médoc pour les prochaines cantonales ? afin que je puisse lui donner quelques informations précieuses sur les réels problémes de cette circonscription, car le Médoc est
une circonscription de France ou le potentiel travail,tourisme,artisanat,création des nouvelles technologies et écologies sont les plus fortes.
Vous aurez surement compris le sens de mon commentaire mais je précise que je reste fidéle à certaines idées mais pas à certaines personnes interéssées.


FNJ Aquitaine 27/12/2010 02:20


Vous pouvez contacter Etienne Bousquet-Cassagne via son courriel: etiennebc@hotmail.fr


Danièle Chatelet 26/12/2010 23:48


J'habite à 4km de Tonneins, je souhaiterais parler autour de moi de ce jeune, comment entrer en contact avec lui ? Merci.