Des militants contre l'euthanasie s'affichent à Bordeaux

Publié le par Infos Bordeaux

Alliance-pour-les-Droits-de-la-Vie.JPGLa Place Pey-Berland a connu à l'heure du déjeuner une surprenante animation. Des militants hostiles à la légalisation de l'euthanasie ont effectués un "happening" pour dénoncer la proposition de loi qui sera examinée le 25 janvier 2011 au Sénat. Ces membres de l'Alliance pour les Droits de la Vie étaient allongés sur le sol, enroulés dans des draps blancs.

Pour Raphaël de Bourayne délégué de la Gironde pour l’Alliance pour les Droits de la Vie, « Trop de Français croient encore que la seule façon d’échapper à l’acharnement thérapeutique est l’euthanasie. Beaucoup ignorent la réalité des soins palliatifs, qui permet d’éviter ces deux excès. Certains imaginent que l’on pourrait légaliser une euthanasie d’exception. C’est une illusion comme le révèle, avec quelques années de recul, la réalité des rares pays étrangers l’ayant mise en œuvre».

Par cette démonstration symbolique, ces militants bordelais veulent "susciter une prise de conscience sur ce que serait vraiment la société de l’euthanasie".

 

 

l-Alliance-pour-les-Droits-de-la-Vie.JPG

Publié dans Actualité

Commenter cet article

castel 18/01/2011 12:21


Cloaca

Votre histoire est pathétique digne d'une émission télé pour décérébrés.
Comment faites vous en regardant les yeux de quelqu'un pour différencier une envie de faire ses besoins et une demande de mourir ?.
quel est le rapport entre le chien et l'euthanasie de votre "frère".
Suggérez vous qui votre frère doit mourir parce que son chien et ses amis ne viennent plus le voir.

Que le législateur nous protège des milliers de gens qui raisonnent comme vous.


K. 17/01/2011 12:20


Toutes mes condoléances pour votre frère. (cum dolore, souffrir avec).

J'ai deux remarques à vous présenter:

- On ne légifère pas sur du sentiment, car ce dernier ruine la raison et empêche la réflexion sage.

- vous êtes fort aimable de me donner le droit de penser, mais j'apprécierais que vous me donniez avec le droit de pouvoir vivre ce que je pense. Je ne veux en aucun cas être associé au meurtre
d'état que les certains désirent, me taire serait équivalent à penser quelque chose et vivre son contraire. Il ne vous reste comme moi qu'à souffrir que je ne soit pas vous, car tant qu'on tuera en
France, je gueulerais.

K.

ps: l'insulte est assez désagréable pour avoir été banni du mode de communication des gens bien élevés.

ps2: pour votre frère, et bien que sincèrement pleins de douleur pour lui, deux trois remarques: vous n'avez pas besoin de mon autorisation (ie, puisqu'on est en démocratie, de celle du
législateur) pour le tuer, si il désir mourir, je ne vois pas en quoi j'ai le devoir d'y être associé. Prendre en suite l'argument de l'isolement affectif pour le tuer est proprement scandaleux,
devrait-on ainsi tuer chacun souffrant de solitude? Enfin, songez à la richesse qu'est vôtre frère et à ce que tout le monde perdrait s'il venait à disparaître.


cloaca 17/01/2011 11:49


bande d'abrutis, vous ne savez pas de quoi vous parlez, je rêve de lire des inepties pareilles !
Oui j'ai été confronté à ça. Mon frère a été dans cette situation après avoir été fauché par une voiture, et croyez-moi, ça se voyait dans ses yeux qu'il ne souhaitait pas continuer comme ça.
Passionné par les chiens depuis toujours, son propre animal l'a délaissé car il était paralysé...
Ses amis? Envolés; au bout d'un certain temps ils ne passaient plus le voir. Faut-il leur en vouloir? Non je ne crois pas.
Vous avez des raisonnements de personnes n'étant aucunement concernés directement par une situation comme ça, ça se voit très bien.
Maintenant, libre à vous d'agir comme bon vous semble, mais vous ne pouvez en aucun cas tenter de parler au nom de tout le monde. C'est exactement comme les manif contre l'avortement dont il a ici
été dit le plus grand bien.
Vous ne pouvez pas imposer aux gens votre vision des choses, c'est simplement ça qu'il faut que vous compreniez...


K. 17/01/2011 09:37


@Cloaca: http://www.bladi.net/forum/103294-polonais-reveille-19-ans-coma/
C'est ça une situation limite?

Montrez moi ensuite ou se trouve la liberté d'un souffrant devant le choix de la mort? (j'vais vous mettre le nerf sciatique sur du 220V, vous allez voir si vous pouvez prendre une décision libre
et éclairée).

Offrir la mort comme "aide". J'peux vous filer un coup de main?

Je rechigne à atteindre le point godwin, mais http://www.lequotidien.lu/international/18661.html

D'autre part, voici où même les "procédures d'exceptions" dans ce monde:
http://www.7sur7.be/7s7/fr/1507/Sante/article/detail/218384/2008/03/25/L-euthanasie-bientot-etendue-aux-enfants.dhtml

Réponse inconstruite, je vous l'accorde, mais je vous laisse remettre les morceaux en place.


castel 16/01/2011 15:59


cloaca
Le jour ou vous aurez un proche qui souffre tellement qu'il vous implore de le "débrancher" comme on dit vulgairement, le jour ou vous serez confronté à une horreur comme ça vous changerez
d'avis
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Réaction hypocrite
Si une telle situation vous arrive et vous bouleverse
Débranchez la personne vous mêmes et ne demandez pas aux autres de le faire.
C'est un peu simple votre raisonnement.
Tout le monde a condamné la peine de mort pour les criminels et aujourd'hui les mêmes personnes réclament une nouvelle peine de mort pour les malades.

Et si une loi passe dans ce sens, vous porterez plainte contre le médecin qui refusera de tuer votre fils ou votre grand mère.
Ou alors il y aura une formation de médecins tueurs de malades en faculté de médecine.