Apologie de la violence : La mairie de Bordeaux confirme son soutien aux rappeurs

Publié le par Infos Bordeaux

Katia-Beyris.jpgLa mairie de Bordeaux a confirmé hier soir son soutien au groupe de rap  33Allstarz. La polémique autour de ce groupe fait rage depuis plusieurs semaines, notamment depuis que des internautes se sont indignés que ces rappeurs, faisant l’apologie de la violence et de la drogue, soient financés par la Mairie de Bordeaux, le Conseil Général de Gironde et le Conseil Régional d’Aquitaine.


Pourtant, pour la mairie de Bordeaux, il n’y a pas matière à polémique. Katia Beyris (photo), chargée de développement à la direction du développement social de la mairie de Bordeaux, excuse même les rappeurs de banlieue (interview au journal Sud-Ouest) : « On se doutait bien qu'ils n'allaient pas chanter " Au clair de la lune " ! Il fallait les laisser exprimer leurs maux, avec ce qu'ils sont ».

 

Pourtant les paroles sont claires : « On a la came qui vous fait planer (…) Les bourges viennent nous voir pour s’en foutre plein le nez (…) J’pars en vacances grâce à la CAF (…) J’arrache les sacs pour la BNP (...) Je nique les képis (…) Personne n’est épargné, ça va saigne ». La mairie de Bordeaux est-elle dans la culture de l’excuse ? Les impôts des bordelais doivent-ils servir à financer de telles « œuvres culturelles » ?

Publié dans Culture

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

e 21/12/2010 14:49


Ben alors on censure ici !!! où est mon commentaire ?


almo 20/12/2010 15:28


Ah .... je savais pas que les articles de sud-ouest valent vérité.

Ca c'est l'info de l'année !!!!!

Pourtant à chaque fois que ce journal a proposé un article dont je connaissais le sujet, c'était toujours approximatif, voir à l'opposé de la réalité.
Je les citerais bien :
une fois c'était sur l'entreprise d'un jeune homme qui faisait du graffiti. Je connaissais très bien ce jeune homme au moment où l'article est parru. Mais ce jeune homme n'était qu'un mithomane et
son entreprise n'existait pas. Ca c'est de l'investigation bien menée !
Une autre fois sur la création d'un centre social : la démarche qui a été participative est devenue dans l'article sud-ouest tout autre chose. Ce qui sur le terrain a bien embété tous les habitants
et les professionels qui avaient misés sur cette démarche participative. Un article de sud-ouets peut démonter tout le travail de terrain
Une autre fois encore, un article relate un séjour de jeunes, que j'encadrait avec un collègue. Mais mon identité n'est pas citée (trop française) par contre celle de mon collègue oui car il vaut
mieux que les jeunes de citée soit encadrés par des arabes que par une jeune animatrice au nom français.

Voilà, si vous êtes assez crédule pour prendre un article de sud ouest pour vérité, bon courrage.


Olivier 19/11/2010 14:12


Absolument incroyable et inadmissible.
Comment se fait-il que cette affaire ne fasse pas plus de bruit que ça ?
Jusqu'où acceptera-t-on de descendre ?!


lanceur 18/11/2010 18:51


Vous dîtes "la mairie confirme son soutien aux rappeurs, nous, nous vous confirmons que nous ne soutiendrons pas la mairie"


nguyen 18/11/2010 17:16


elles sont ou les limites au finale? la violence doit elle etre justifier a chaque fois? (surtout lorsqu'elles sont gratuites)

est ce que vous trouvez pas sincèrement que vous avez une grande part de responsabilité lorsque vous laissez passer ce genre de propos chez les jeunes? vous pensez pas que les jeunes se sentent
impunis et meme soutenu avec ce genre de propos, ce qui voudra dire que toute sanction extérieur ne servirait a rien à leur mentalité