Affaire des infiltrés : Vers la création d’une commission d’enquête parlementaire ?

Publié le par Infos Bordeaux

Une proposition de résolution tendant « à la création d’une commission d’enquête relative à la dévolution de l’église Saint-Eloi à Bordeaux à des catholiques intégristes » a été renvoyée à la commission des lois constitutionnelles de l’assemblée nationale. Celle-ci est portée par trois députés socialistes : Michèle Delaunay, Philippe Plisson et Martine Faure, ainsi que trois députés écologistes : Noël Mamère, Yves Cochet et François de Rugy.
Pour ces parlementaires, la dévolution de l’Eglise Saint Eloi aux traditionnalistes serait illégale et le maire de Bordeaux devrait donc les expulser. Ceux-ci demandent donc d’adopter la proposition de résolution suivante : « En application des articles 140 et suivants du Règlement, est créée une commission d’enquête de trente membres relative à l’occupation illégale de l’Église Saint-Eloi de Bordeaux par des catholiques intégristes ». Cette commission « devra notamment faire le point sur l’inertie depuis 2002 des autorités publiques, et notamment la mairie de Bordeaux, face à cette occupation illégale, malgré trois décisions de justice ».
Depuis l’émission des Infiltrés de France 2 qui a fait beaucoup de bruit sur Bordeaux, la gauche tente de saisir l’occasion pour gêner politiquement Alain Juppé. L’activisme de Michèle Delaunay sur ce sujet commence d’ailleurs sérieusement à agacer, notamment dans les rangs de l’UMP locale. Michele Delaunay-copie-1

Publié dans Politique

Commenter cet article

Clementi 25/06/2010 18:54


Qu'en est-il par conséquent du financement par les communes de la construction des mosquées de Bordeaux, tout à fait illégal ?


Nathalie 25/06/2010 10:21


Ha? ben attendons dimanche pour savoir si les crs vont chasser les fidèles à coup de gaz lacrymogène ? Ce serait le rêve pour Delaunay, je lui suggère de venir assister au spectacle pour prendre
son pied et ensuite aller dans sa loge maçonnique pour faire des salamalecs de remerciement ésotériques au "grand architecte".